UNDP-HT-Disaster-recovery-32
Les Haïtiens ont fait preuve d'une grande résilience après le tremblement de terre et chaque année, quand ils font face à une nouvelle saison d'ouragans. Photo: PNUD Haïti / Pierre Michel Jean

Il y a huit ans aujourd'hui, un tremblement de terre dévastateur frappait Haïti, tuant 200 000 personnes dont 102 membres du personnel des Nations Unies. Plus de 300 000 personnes ont été blessées et plus d'1,5 million d'Haïtiens déplacés. Aujourd'hui, nos coeurs sont avec les femmes, hommes et enfants haïtiens et les familles et amis de nos collègues qui ont perdu leurs proches au cours de cet événement tragique.

Haïti fait partie des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles et sa vulnérabilité augmente avec le changement climatique, la dégradation de l'environnement et l'utilisation irrationnelle de l'espace, en particulier dans les villes.

De 1975 à 2012, les catastrophes liées au climat ont causé des dégâts et des pertes d'environ 2% du produit intérieur brut (PIB) par an. Il y a huit ans, en quelques minutes, le tremblement de terre a fait perdre au pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental 120% de son PIB.

Le chemin de la relance a été particulièrement difficile, compte tenu également des défis que le pays rencontre en tant que petit État insulaire en développement : vulnérable à la dette, au chômage, au changement climatique et à l'élévation du niveau de la mer.

Mais les Haïtiens ont su faire preuve d'une grande résilience après le tremblement de terre et aussi chaque année, quand ils font face à une nouvelle saison d'ouragans et à de multiples défis, notamment le déplacement, l'insécurité alimentaire, le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement. C'est pourquoi, alors qu'il se dirige vers le développement durable, le pays a toujours besoin du soutien de la communauté internationale.

Résultats:

  • Le PNUD s'est associé au peuple d'Haïti pour reconstruire après le tremblement de terre et après plusieurs ouragans au cours des huit dernières années.
  • Plus de 300 000 Haïtiens, dont 40 % de femmes, ont été employés temporairement pour enlever les débris, recycler les matériaux et aider à reconstruire leurs communautés
  • Tous les débris ont été enlevés
  • Plus de 2 300 km2 ont été protégés, 400 hectares reboisés

Pour en savoir plus:

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe